Tout est à construire

Article d’opinion de Léopold DARRITCHON, ancien maire de La Bastide Clairence, publié dans Mediabask

Les 67 anciens maires qui ont adressé  au Préfet des P.A., l’automne dernier,  une motion en faveur de la création de l’EPCI, ont pris acte, avec satisfaction,  de la décision des actuels élu(e)s des Communes .

Ce combat qui a été aussi le nôtre pendant de très nombreuses années, prend aujourd’hui une tournure inespérée.

Même si on peut considérer que le plus dur est fait, nous pensons que le plus important reste à faire: écrire la page blanche évoquée par le Préfet.

Mais ceci ne peut se faire les uns contre les autres !
Il faut maintenant que la sagesse l’emporte et que, même si des voies différentes ont été prises jusqu’à présent par les uns ou par les autres, tout le monde se retrouve sur le même chemin.

En échos à la mondialisation qui perturbe profondément les esprits,  beaucoup d’entités territoriales à dimension humaine, et donc de petite taille,  comme la nôtre, sont en train de s’organiser.

C’est dans cet esprit là qu’il faut se placer, sans rien renier de notre ancrage à la France et à l ‘Europe, entités repérables dans une mondialisation en pleine ébullition, où chacun cherche ses marques.

Nos spécificités en matière de culture, de langue, d’histoire, de traditions doivent se traduire dans  les préoccupations sociétales majeures de notre temps: l’éducation, la santé , l’emploi, l’environnement, le logement, les transports, etc.

Pour définir le contenu de ce nouvel espace, pour réfléchir aux règles de vie commune qui devront en découler, on ne peut se permettre d’être divisés déjà au départ.

Tout est à construire, et tout le monde a intérêt aujourd’hui à se mettre autour de la table pour mettre en place cette nouvelle institution que les élus actuels légueront à leur tour aux générations futures.

Il faut que ceux  qui, légitimement et démocratiquement,  se sont  exprimés en faveur ou contre cette nouvelle institution se retrouvent, se mettent ensemble , et contribuent à la naissance de cette nouvelle entité.

Pour cela il faut donner des signes forts de rassemblement, pourquoi pas démarrer  au niveau festif.
Nous appelons donc à entamer cette unité, en nous retrouvant, tous ensemble, le mercredi 27 juillet à 19 h Place Chaho Pelletier à Bayonne pour sceller un nouveau départ, tout simplement en buvant le verre de l’amitié.

Léopold DARRITCHON,
ancien maire de La Bastide Clairence (1983- 2014)

Programme du 27 juillet

        U27J

« Orain tresna gauzatzeko garaia da! »

Enbatan argitaratua izan den artikulua

 

NikolasBlainSekuentzia bat bukatzen da. Maiatzeko bukaera itxoin behar izan dugu HELEParen inguruko erabaki definitiboa ezagutzeko.

2015eko udazkenean egindako bozka kontsultatiboan, Ipar Euskal Herriko biztanlegoaren erdia ordezkatzen duten herri kopuruen gehiengoak HELEParen alde azaldu ziren, erran nahi baitu Prefetak jarritako legezko bi baldintzak lortu zirela. Bi bozka horien artean aldaketa gutxi izan dira. 111 herrik, Herri elkargo bakarraren alde posizionatu dira 47 herri kontra agertu direnean. Hau da, Ipar Euskal Herriko biztanleriaren %66a aurkezten duen herrien %70ak bat egiten du, Prefetak egindako proposamenarekin. Ipar Euskal Herriak, Herri elkargoaren aldeko apostua egiten du. Baiezkoaren gehiengoak argiki adierazten du herri honek aitzinatzeko duen xedea. Are gehiago, argitu gabeko pundu bat uzten du agerian: NOTRe legea deituriko Lurralde erreformak herri elkargoak batetzeko baimen berezi bat ematen zuen Frantzia osoan salbuespen gisa ekainaren 30a arte. Hori horrela izanik, HELEPa gauzatu ahal izateko, prefetak, Ipar Euskal Herriko biztanleriaren %50a ordezkatzen duen herrien %50a beharrezkoa zela adierazi zuen. Normalean, proposamena onartzeko, herrien %50ak, biztanleriaren %50a ordezkatu behar du edota aderantziz. Gure kasuan beste datu bat azpimarratzen ahal da xifreekin bukatzeko : hautetsien %73ak, HELEParen alde bozkatu du.

Lorpen hori garrantzitsua izan harren, bide luze baten lehen urratsa da baizik.

Orain proeiktua bera martxan jarri behar da. Hau da, gobernantza paktua, etorkizuneko hirigunearen estatusak idatzi. Beharrezkoak dira, biharko Herri Elkargoaren sorrera ongi egin nahi badugu. Proiektuaren aurka diren hautetsiek hortaz jabetu dira. Barne ministeritzan errekurtso bat jarri nahi zutela jakin dugun unean, beste batzuk indarrez, Hautetsien Kontseilua kargutik kentzen saiatzen dira. Baina, Administrazio Kontseiluan adostasun batera iritsi dira eta azkenean gaurko 10 herri elkargoak, Hautetsien kontseiluak, Garapen Kontseiluak eta Herrien Biltzarrak parte hartuko duten gidaritza batzorde bat sortu da.

Heldu diren hilabeteei begira gune estrategikoa izanen da. Horrek baitu norabidea finkatuko : Frantziako beste lurraldeetan bezala bateratze prozesu hutsa ereman, teknikoa edo bestela, hemengo lurraldeari eta erronkei erantzunen duen egiazko proiektu politiko bat adostu gure anbizioen araberakoa eta azken hamarkadetan eramandako lanaren ondorioa. Gidaritza batzorde honek du ipar orratza finkatuko.

Lantaldean dira finkatuko Euskal Herri Elkargoak hartuko dituen eskumenak. Batzuk legez eskuratuko dira automatikoki : garraioak eta turismoa adibidez. Beste batzuentzat ez dira aintzinetik finkatuak bainan Iparraldeko egoera ezagutu eta, noski naturala da horien hartzea. Kasu hortan dugu hizkuntza politika adibidez. Frantses legeetan ez da aurreikusten herrien arteko egitura administribo bati holako eskumena emaitea baina ikusi eta euskararen alde ereman behar diren politikak, behar gorri bat badago arlo hortan bertan erabakitzeko.

Gauza bera da goi mailako ikasketentzat edota mugaz gaindiko harremanen eskumenentzat. Ez dira legez aurreikusiak bainan negoziatu beharko da holako arlo estrategikoetan ahalik eta podere gehien Ipar Euskal Herrirat ekartzeko.

Lan handia bada estrukturaketa lana aitzina eraman eta HELEPa 2017ko urtarrilaren 1ean martxan jarri dadin. Hautetsiek, bozka definitiboa onartu eta horren zerbitzura jarri behar dute. Eztabaida demokratikoak desadostasunei gaina hartu behar dio. Ez gira zatiketa une batean baizik eta, elkarlanaren unean eta 71 hautetsiz izenpeturiko errekurtsoa ez doa bide hortatik. Eraikitze fasean, ikuspundu desberdinek ukanen dute parada heien kezkak azaltzeko argiki, eta justuki eztabaida horrek du ekarriko aberastasun bat, baina hautetsi horien helburua, proiektua gauzatze data pusatzea da. Onartu behar da oraindik duda batzuk izaten al direla. Baina, eramandako eztabaida kolektiboak, Hautetsien kontseiluaren espertisa eta prefekturako langileek, nahiko elementu atera dituzte proiektua ahalik eta hobekien gauzatu ahal izateko.

Oroitarazi behar da ere Euskal Herri Elkargoa ez dela iparraldeko gizarteak eskatzen zuena. Estatus bereziki Lurralde Kolektibitatea dugu oraindik helburu. Bainan ikusi eta frantses gobernamenduak ezezko borobila eman zuela eskakizunari, pausu taktiko baten aukera jorratu ginuen. Eta horrela erabaki ginuen prefetak proposatutako herri elkargo bakarra sostengatzea. Sei hilabeteren buruan, lehen aldikotz Iparraldeak bere mapa ukanen du, lehen aldikotz lurralde osorako, Xibero, Baxe Nafarro eta Lapurdi lurraldeen aldeko politika amankomunak eta orekatuak garatzeko aukera ukanen du. Lehen aldikotz Ipar Euskal Herriko biztanleak komunitate baten partaide izanen dira. Ipar Euskal Herriak parez pare jokatuko du frantses panorama administratiboan bereziki Paue, Bordale edo Pariserekin hitz egin beharko delarik.

Herriko kontseiluak, Iparralde mailako instituzio baten lortzearen alde azaldu dira. Hautetsiek eraikitze baimena eman dute. Orain goazen etxe amankomunaren eraikitzera. Eztabaida eta pentsaketa uneak aspalditik ereman ditugu, orain tresna gauzatzeko garaia da.

Preseski, asteazkenean, uztailaren 27an, arratseko 19:00etan Baterak hitzordua finkatua du elkarrekin Herri Elkargoa eraiki dezagun.  Ipar Euskal Herriko 158 herriko etxeetan egin diren bozken biharamunean, ez da garailerik edo galtzailerik, ospakizunen tenorea da. Uztailaren 27an, Baionako Besten lehen eguna kari, elgarrekin eraiki dezagun gure biharko lurraldea. Denek betan erakuts dezagun lurralde honen egituratzeko dugun xede amankomuna,  lurraldeak izaite bat ukan dezan Nouvelle Aquitaine delako eskualde berrian. Adiskidantzazko baso bat lagun ekitaldi aberats baten inguruan bil gaitezen Herri Elkargoari behar den bultzada emaiteko!

 

 

Construisons ensemble la Communauté Pays Basque !

Le mercredi 27 juillet à 17h00 tout.e.s à Bayonne

Afitxa.jpegNous vivons un moment particulièrement fort de l’histoire du Pays Basque : 70 % des communes et 74 %  des élus municipaux d’Iparralde ont dit oui à la création d’une Communauté Pays Basque. Elle verra le jour au 1er janvier 2017.

Moment fort dans la vie démocratique du Pays Basque, où la décision des élu(e)s converge largement avec les aspirations de la société civile. Merci !

Moment fort que Batera appelle à célébrer le mercredi 27 juillet à 19H00 à Bayonne : chants, danses, verre de l’amitié, personnalités et prises de paroles, et mise en chantier symbolique -entre toutes et tous- de la maison commune Herri Elkargoa / Communauté Pays Basque.

Pour l’emploi, le logement, les transports, l’environnement, la langue basque, l’agriculture durable, l’enseignement supérieur, etc. l’heure est venue de se regrouper pour construire cette maison commune.
Après le temps du débat démocratique, après le temps de la décision, voici venu le temps de la construction ! Rassemblons-nous pour réussir toutes et tous ensemble !

Toutes et tous à Bayonne, mail Chaho Pelletier, le mercredi 27 juillet à 19H00 !
Batera

Vidéos de samedi dernier

 

Samedi dernier, des centaines pour la Communauté Pays Basque

BATERA a organisé samedi 3 avril dans quatre endroits, des rassemblement pour défendre le projet d’EPCI unique pour le Pays Basque.

Sur le port de Ciboure, à Bayonne, en haut du Col d’Osqich et devant la mairie d’Ustaritz, ce sont des centaines de personnes qui sont venues soutenir ce projet d’intercommunalité et marquer la fin de la campagne de sensibilisation menée par la plateforme Batera. Nous avons traversé l’ensemble des 158 communes à la rencontre des habitant-e-s, au volant de notre carvane itinérante. Des milliers de personnes ont été rencontré pour expliquer les changements institutionnels majeurs qui se profilent.

Les rassemblements avaient également pour objectif d’appeler l’ensemble des élu-e-s municipaux à voter BAI à ce projet.

Appel de 120 acteurs culturels

Orain, bai ! C’est maintenant !

Le Pays Basque connaîtra, dans les mois à venir, une profonde réforme de son organisation et de sa gouvernance. D’ores et déjà, depuis le 1er janvier 2016, il appartient à une région de 6 millions
d’habitants, réunissant l’Aquitaine, le Poitou-Charentes et le Limousin.

Au 1er janvier 2017, une nouvelle carte intercommunale verra le jour, après l’adoption du nouveau Schéma départemental de coopération intercommunale. Dans le cadre de son projet de Schéma de Coopération intercommunale, le Préfet des Pyrénées Atlantiques propose la constitution d’un EPCI (Établissement
Public de Coopération Intercommunale) unique à l’échelle du Pays Basque. Après un avis simple sur le périmètre à l’automne, les conseils municipaux se prononceront définitivement au printemps 2016.

Le secteur culturel est concerné

Nous, acteurs culturels du Pays Basque, sommes concernés par ce bouleversement administratif, parce que nous sommes des créateurs, des gestionnaires culturels, des techniciens, des médiateurs, des directeurs artistiques, des artistes, des bibliothécaires, des réalisateurs, des photographes, … habitant sur cette partie du territoire basque. Vivant pour et par l’action culturelle, nous savons combien est précieuse la relation directe
d’un territoire avec ses institutions.

Un territoire au-delà des « frontières »
Aujourd’hui, nous avons le sentiment que pour être entendu, il faut aussi pouvoir peser à l’échelle de la grande Région « Aquitaine Limousin Poitou Charentes », auprès des instances départementales mais aussi de l’État et de l’Europe. Parce que ce territoire où nous avons choisi de vivre porte viscéralement en lui la capacité de passer au-delà des frontières administratives, nous pensons qu’une institution particulière le représentant est
la plus à même de tisser des liens avec toutes les collectivités voisines.

Pour une « utopie réaliste »
Artistes ou agents culturels, traverser les frontières artistiques, physiques, passionnelles ou administratives est notre quotidien. Tous les jours nous tentons de réinventer un «pays idéal» pour partager nos valeurs de créativité, de solidarité, de partage, d’écoute et d’utopie. La création d’un EPCI unique est nécessaire au renforcement du lien social et culturel entre les habitants de ce territoire aux réalités diverses. Elle fomentera un imaginaire collectif commun dans lequel les langues et les dynamiques culturelles s’enrichissent les unes les autres, fortes de leurs histoires et de leurs trésors, un imaginaire enraciné dans le présent et ouvert à l’avenir.
Pour se faire, nous demandons à tous les conseillers municipaux des 158 communes de voter en faveur de l’Établissement Public de Coopération Intercommunale, outil nécessaire pour une meilleure prise en compte des aspirations du secteur culturel du Pays Basque

Le samedi 2 avril, OUI à l’EPCI !!

Après avoir silloné les routes du Pays Basque, la Carvane Batera a traversé l’ensemble des 158 communes pour expliquer le projet d’intercommunalité unique. Près de 25 réunions publiques, des milliers et des milliers de tracts distribués, la plaquette Pour les Nuls a connu également un franc succès.

Alors que les votes définitifs dans les communes ont commencé, BATERA appelle l’ensemble des habitant-e-s du territoire à se mobiliser pour soutenir ce projet ! Rendez-vous le samedi 2 avril !! Parlez-en autour de vous…AfitxaOROKORRA