La république des pyrenées

Pour François Dascon, c’est le besoin d’être reconnu, la possibilité d’avoir des compétences, des responsabilités et de contractualiser des projets. Jean-Pierre Mirande pense pour sa part qu’il faut aller vers une structure de Pays « Pays Basque » sans perdre de temps. Dominique Boscq et Arnaud Villeneuve sont pour eux aussi. Tout le monde est donc favorable ainsi que Frédérique Espagnac qui souhaite toutefois que cela se fasse dans le cadre de la loi de décentralisation. Mais pour le conseiller général de Mauléon « rien ne pourra se faire si le Béarn ne se structure pas lui aussi ». Or de l’avis du député et du conseiller général de Tardets « on a déjà un département à deux vitesses, presque deux départements ». Frédérique Espagnac pense aussi que « le Béarn souffre d’une perte d’identité importante, que cela se ressent économiquement, et qu’il faudra mener cette réflexion ensemble ».

La voie des élus

Cette dernière a aussi voulu tempérer l’enthousiasme de ceux qui brûleraient les étapes : « ce serait une erreur que de parler d’autonomie ». Propos auxquels a adhéré Miki Béguerie : « si vous parlez d’autonomie vous allez faire peur et personne ne nous aidera ». La sénatrice craint aussi qu’une collectivité territoriale n’apporte pas davantage de moyens financiers. Au contraire. « Le Pays basque bénéficie déjà de subventions que n’ont pas les autres communautés. Il faudra d’abord s’assurer qu’elles seront maintenues ».

Quant au referendum souhaité par Batera, « il donnerait une légitimité » (Jean Lassalle) et « c’est le seul outil démocratique » (Michel Etchebest). Pourtant Frédérique Espagnac n’y croit pas trop. Si le Pays basque l’obtient, pourquoi pas la Bretagne, l’Alsace ou d’autres régions.

Elle préfère la voie des élus (comme Miki Béguerie qui leur a demandé de se battre) et du conseil des élus. « Il a une légitimité et une voix qui porte. Nous avons un an pour travailler sur cet acte 3 de la décentralisation. Nous avons besoin de vous et nous serons derrière vous » a-t-elle conclu au terme d’un bon débat qui a réuni 80 participants et invités.

Sud Ouest – St pierre d’Irube

 

Roland Hirigoyen, président de l’EPFL – Etablissement Public Foncier Local- créé en 2005 a longuement expliqué le fonctionnement de cet organisme qui permet aux communes de répondre à la pression foncière. C’est un outil utile pour l’ensemble des 157 communes du Pays Basque adhérentes. En 2010, vingt et une acquisitions ont été réalisées par l’EPFL, toutes les communes petites et grandes sont traitées sur un même plan. L’EPFL est indispensable pour la maîtrise du territoire, c’est un des « défis du Pays Basque, nous manquons d’offres dans tous les domaines : particuliers, collectivités, agricoles » précise Roland Hirigoyen.

Augustin Errotabere présente l’agriculture, secteur économique important sur la région. Cela représente 6000 emplois directs. Bien sur le secteur connait un exode rural avec 25 pour cent exploitations qui ont disparues sur les dix dernières années. « Le climat est propice à l’agriculture, les exploitations font en moyenne 26 hectares donc de petites structures. Les exploitants foisonnent d’initiatives avec des produits de qualités, pas moins de trois AOC. Il est primordial de maintenir un système de production autonome et de réduire toute artificialisation des terrains ».

Paul Larroque a présenté la problématique des transports à l’intérieur du territoire avec un point sur la mobilité, » les déplacements personnels représentent 35% de l’énergie consommée » précise-t-il. Pierre Guillemotonia a conclut sur le fait qu’au travers du monde il existe « de nombreux exemples de collectivités territoriales qui permettent aux décisionnaires d’agir en étant plus proche des hommes ». {yoosocial}

Forums premier bilan

BATERA – FORUMS CITOYENS : premier bilan

 

La plateforme Batera a organisé sur l’ensemble du Pays basque nord quinze forums citoyens entre vendredi et aujourd’hui dimanche, autour du thème suivant : « La Collectivité territoriale Pays basque : qu’en pensez-vous ? ».

 

Ce sont 545 personnes qui ont participé à ces forums, dont plus de 80 élu-e-s* (député, sénatrice, conseillers régionaux et généraux, maires et conseillers municipaux).

 

La plateforme Batera tient à remercier toutes les personnes ayant participé à ces forums (que ce soit au niveau de l’organisation et l’animation de ceux-ci, en tant qu’intervenant ou en tant que personne venue s’informer et/ou débattre). La participation importante et les riches débats dont BATERA rendra publique une synthèse dans les prochains jours, montrent l’intérêt populaire pour l’avenir institutionnel du Pays Basque.

 

Ce débat foncièrement politique et démocratique doit être poursuivi, organisé et impulsé par les partis , les responsables politiques, les élu-e-s et les pouvoirs publics en général afin de préparer dans un proche avenir l’indispensable consultation de la population du Pays basque sur le sujet.

 

Enfin BATERA rappelle qu’une grande journée de mobilisation se tiendra le 3 mars 2012, sur l’ensemble du Pays basque nord.

 

Bayonne le 20 novembre 2011

{yoosocial}

C’est parti !

C’est parti !!!!!!

 

Les forums citoyens se déroule ce soir à Hasparren, Espelette, Urrugne et St Pierre d’Irube.

 

Demain rendez-vous à Anglet, Arbonne, St pée, Bayonne, Biarritz, St Jean de Luz, St Jean Pied de Port, Iholdy, Ustaritz et Mauléon.

 

Dimanche on termine à Baigorry.

 

Venez débattre et vous informer !!!!

La Collectivité Terroriale Pays Basque, qu’est ce que vous en pensez ?

Un forum avec Batera

 La plateforme Soule de Batera a présenté le guide qui sera distribué le samedi 19 novembre à Mauléon.  Photo F. B.

La plateforme Soule de Batera a présenté le guide qui sera distribué le samedi 19 novembre à Mauléon. Photo F. B.

Batera regroupe des acteurs de la vie culturelle, politique et sociale du Pays basque, autour de quatre revendications : la co-officialisation de la langue basque, la création d’un pôle universitaire fort, d’une Chambre d’agriculture du Pays basque et d’une collectivité territoriale spécifique. C’est par rapport à ce dernier point que la plateforme organise les 18, 19 et 20 novembre, quinze débats à travers tout le Pays basque, appelés « forums citoyens ». « Ils sont ouverts à tous, car l’échange enrichit toujours les débats », note Frantxoa Camus de la plateforme Soule.

Pour réagir à la réforme des collectivités territoriale, celle-ci avait organisé en mars 2010, lors des élections régionales, une consultation sur la création d’une Collectivité territoriale basque. 35 000 électeurs y avaient participé pour une réponse positive à 78 %. « La réforme arrive pour une mise en place en 2013 et elle annonce la suppression de l’entité Pays basque, l’heure est donc arrivée de nous remobiliser en donnant la parole aux citoyens », reprend Frantxoa Camus.

L’exemple de la Corse

Pour appuyer leur revendication, les membres de Batera prennent l’exemple de la Corse qui dispose depuis 1991 d’une assemblée territoriale à statut particulier. « Voilà qui permet de travailler la future institution, sans en inventer une nouvelle », reprennent les membres de la plateforme.

La nouvelle étape donc pour Batera est l’organisation de ces forums. Chaque fois, le mode sera le même : il sera bilingue, avec un système de casque et de traduction simultanée, il y aura deux animateurs et des invités politiques du secteur, « plus tous les citoyens qui voudront participer à ce débat », précise Léonie Aguergaray de Batera Soule. Une Soule qui accueillera ce forum citoyen le samedi 19 novembre, à 15 heures, au centre multiservices à Mauléon. Mais ces forums du week-end à venir ne sont qu’une étape. La suite est prévue dès mars 2012. « Le socle revendicatif de Batera est bâti sur la connaissance des limites historiques du Pays basque. L’exemple de la Collectivité territoriale de Corse est là pour montrer que ce système fonctionne. Rien ne s’oppose à sa mise en place ici, si ce n’est une absence de volonté politique au plus haut niveau. C’est pourquoi notre but est d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur cette question majeure », conclut Frantxoa Camus.

Fabrice Borowczyk

Forums Citoyens

Communication de Batera à propos des Forums Citoyens des 18-19 et 20 Novembre.

Ce communiqué a été envoyé à le presse le 31 Octobre 2011.

Batera: « Ipar Euskal Herrian lurralde elkargoa sortzeko egoera aski ondua dago »…

Jakes Bortairuk, Martine Bisautak eta Sebastien Castet-ek, atzo Baionan egindako agerraldiaren bidez « mobilizazio-fase berria » iragarri du Baterak.

Lurralde kolektibitaaren erreformak geroa iluna marraztu duela « pays » egiturarendako azpimarratu du Bisautak. Baionako herri kontseilariaren ustez horrek ondorio ezin larriak ditu, « egun Ipar Euskal Herrian dagoen egitura bakarraren desagertzea delako ».

Iragan uztailaren 6an Baterak egin zuen biltzar nagusiak badira biurte eginiko kontsultaren emaitzak aitzat harturik « herritarren emen ziguten manua nola betetzea aztertu zuen ». Hala iazko martxotik egin duten lana azimarratu dute. Besteak beste Paueko Kontseiku Orokorrean jarduten duten euskal hautetsi guztiekin bilera egin dituzte, Korsikako estatus-ari buruzko azterketa birutu dute handik irakaspenak ekarriz Euskal Herrirat, eta hauteskunde guztietan -heldu den urteko Presidentziarako eta Legebiltzarrerako bozetan beste hainbeste eginen dutela aitzineratu dute- interpelazio lana burutu dute hautagai eta alderdiekin.

Bortairuren ustez, Euskal Herriak bizi duen giro politikoa berri honetan « baldintza egokiak » sumatzen dira « badira 30 urte plantzan jarri zen Ipar Euskal Herriko ezagupe instituzionalaren aldarrikapenari irtenbide hoberena emateko ».

Garapen eta Hautetsien kontseiluak afera eztabaidatzen ari den unean, « iritziak trukatuz debatea aberastea » xede duen ekimena jarriko du mahaigainean Baterak.

Azaroaren 18 eta 19an herri-eztabaidak antolatu dituzte kantonamendu guztietan. Bilera irekiak dira eta, Sebastien Castet-ek goraipatu duenez, lurralde elkargoaren sorrerari buruz mintzatzeko pentsamolde ezberdina dute jendeak bertan parte hartzera gonbidatu dituzte.

Batera veut « socialiser » le débat

 

Courage politique

Ces forums citoyens poursuivent trois objectifs : « socialiser » le débat et informer la population sur la nature d’une collectivité locale, approfondir le sujet en précisant la structuration, le système de représentation et les compétences de cette collectivité territoriale spécifique, confronter les opinions de ceux qui sont pour et de ceux qui s’y opposent, et transmettre des propositions pour alimenter la réflexion des conseils des élus et de développement du Pays basque.

Batera compte également profiter de la campagne présidentielle pour sensibiliser les candidats à cette question. « Mais plus localement les gens seront mobilisés et plus nous aurons de chances d’être entendus », assurent les représentants de Batera qui – Martine Bisauta notamment – ont rendu hommage à la démarche « et au courage politique » du maire de Tarnos, organisateur dimanche dernier d’une consultation de la population de la commune sur le thème de l’intercommunalité. « Même si les résultas n’ont pas été ceux qu’il espérait. »

R. P.