«

»

Sep 11 2018

BATERA : un audit citoyen de la gouvernance Pays basque.

Ce message est également disponible en : Basque

Les raisons et les enjeux de cette initiative

  • BATERA s’est mobilisé pendant de longues années pour la création d’une collectivité territoriale propre au Pays basque. La plateforme a accepté l’option d’une communauté d’agglomération comme un premier pas. Elle souhaite aujourd’hui le bon fonctionnement et la réussite de cette communauté d’agglomération parce qu’elle veut aller plus loin.
  • L’obtention d’une première institution n’épuise pas le rôle de la plate-forme en tant qu’expression de la société civile.
  • Pour BATERA, une société civile exigeante, vigilante et mobilisée a permis d’arriver là où nous en sommes. Elle est aussi le garant des avancées futures et de l’approfondissement d’une gouvernance démocratique au Pays basque.
  • BATERA est bien conscient de la masse énorme de questions à traiter et résoudre pour la mise en place de la communauté d’agglomération Pays basque. La structure est nouvelle et spécifique par sa taille.
  • Mais aujourd’hui plusieurs faits attirent son attention et certains inquiètent les membres de la plateforme. On évoque une fracture entre la côte et l’intérieur. Certains parlent de centralisation, d’éloignement du pouvoir, de réponses technocratiques en lieu et place de dynamiques locales appuyées sur la société civile. Les pôles territoriaux ne se sont toujours pas structurés. Le pacte fiscal à la base de la création de la communauté d’agglomération a été rompu par la décision d’augmenter dès cette année le versement transport. Plus qu’un désaccord de fond, certains parlent d’un manque de concertation et de précipitation.
  • BATERA pense qu’il ne faut pas laisser le monopole de la parole à ceux et celles qui se sont opposées à cette première institution, ont tout fait pour saboter sa naissance et se réjouiraient de son échec.
  • Parce qu’elle l’a défendue, expliquée largement aux habitant-e-s de ce pays, il en va aujourd’hui de sa responsabilité de prendre la parole avec un regard lucide et critique si besoin mais dans un esprit constructif.
  • Pour ce faire BATERA propose un rendez-vous d’échanges, de diagnostic et de propositions sur le fonctionnement de cette première institution Pays basque.

 

Concrètement quel type d’initiative ?

  1. un audit : il ne s’agit pas d’un procès ou d’une chasse aux sorcières, ni non plus d’une analyse technique du fonctionnement des services (ni le temps, ni les moyens). Il s’agit de collecter les avis, les ressentis, les opinion positives ou critiques
  2. citoyen : la démarche vise à une large participation des citoyen-ne-s, membres d’associations, de syndicats, de partis, d’élu-e-s. Pour la première phase de l’exercice, BATERA pense cependant qu’il est préférable que les membres du Conseil exécutif ne soient pas présents aux réunions locales, pour que les gens puissent s’exprimer librement, dans un sens ou un autre.
  3. de la gouvernance Pays basque: il ne s’agira pas de rentrer dans le fond des politiques mises en œuvre. BATERA laisse à d’autres instances comme les partis politiques par exemple, le soin de se positionner sur, et de juger les politiques publiques choisies. BATERA veut maintenir un rôle de veille, d’information et de propositions pour améliorer le fonctionnement institutionnel dans le sens de plus de démocratie et de transparence.

 

Le déroulement de l’audit

  • 3 phases
    • des réunions locales (mi-septembre – mi-octobre)
    • des auditions (début novembre)
    • des assises ou États généraux (mi-décembre)